BlaBlaCar se lance sur le marché de l’autocar

BlaBlaBus La célèbre plateforme de covoiturage BlaBlaCar prévoit dès le deuxième trimestre 2019 d’inaugurer ses premières lignes de bus. Dès novembre 2018, BlaBlaCar annonçait avoir déposé une offre auprès de la SNCF pour le rachat des parts de sa filiale d’autocars OUIBUS. Ce marché, qui prévoit également un investissement de la part de la SNCF, est à présent conclu. D’ici la fin de l’année, des bus estampillés BlaBlaBus circuleront dans 60 villes en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas, mais aussi en Allemagne.

La plateforme de covoiturage BlaBlaCar, forte de ses 10 millions de membres dans 12 pays européens et reconnue sur le marché, pourrait donc – du moins en Europe de l’Ouest et du Nord – s’avérer être un concurrent de taille pour FlixBus, qui domine aujourd’hui le secteur. L’avantage principal dont dispose BlaBlaCar est le fait que les clients puissent combiner sans effort les offres d’autocar et de covoiturage. Ainsi, les voyageurs peuvent, par exemple, voyager en bus vers une ville allemande et directement continuer leur trajet en covoiturage. Comme FlixBus, BlaBlaBus ne veut pas gérer sa propre flotte d’autocars, mais souhaite coopérer avec des petites et moyennes entreprises. Tandis que BlaBlaBus met en place la plateforme de réservation et s’occupe du marketing, celles-ci opèrent les liaisons. Actuellement, aucune information n’a été communiquée concernant les tarifs envisagés pour des trajets en BlaBlaBus.

Mais pendant que BlaBlaBus prévoit ses premières liaisons, FlixBus continue de se développer et confirme son avance en Europe. Les bus verts desservent à l’heure actuelle près de 2 000 destinations dans 28 pays, parmi lesquels se trouvent également les États-Unis. Récemment, Flixbus a manifesté sa volonté de racheter également Eurolines, une filiale du géant français Transdev. Le transporteur, qui circule en France sous le nom d’isilines, propose des destinations dans toute l’Europe. « Avec cette intégration, FlixBus disposerait d’une offre encore plus complète et diversifiée, pour accueillir toujours plus de passagers », explique le directeur de FlixBus, Jochen Engert. Une vente de ses autocars pourrait aussi servir la stratégie à long terme de Transdev, qui souhaite à l’avenir se concentrer sur les transports en commun.

En ce moment, FlixBus se développe à la fois en Amérique et en Europe, et prévoit prochainement une installation en Russie. Pour pouvoir soutenir financièrement ces ambitieux projets, FlixBus serait, selon les experts du secteur, en discussion avec des investisseurs potentiels, dont le géant du web Rocket Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *