La ligne d’autocar du mois : Découvrez la Bretagne et ses traditions !

La ligne d'autocar du mois : Découvrez la Bretagne et ses traditions !S’il est une région qui fascine en France, c’est bien la Bretagne ! Qu’il s’agisse de son histoire, de sa culture, de ses paysages ou de ses traditions, elle offre à ses visiteurs des visages variés et une multitude d’activités passionnantes. Au mois d’août chaque année, deux villes en particulier représentent l’identité forte de la Bretagne, avec deux festivals : Lorient et Vannes. La rédaction de CheckMyBus vous invite à découvrir ses deux cités, à la fois typiques du département du Morbihan, mais aussi plus largement de toute la région bretonne.

Autocar Lorient ↔ Vannes : Tickets à partir de 4,99 euros

Lorient – Vannes : Découvrez la Bretagne et ses traditions !

En prenant l’autocar entre Lorient et Vannes, vous faites le bon choix ! En une heure à peine, vous arriverez à destination, confortablement et à petit prix. Quel que soit le sens du trajet, vous pouvez décider ce que vous préférez : des départs sont proposés tous les jours et toute la journée, aussi bien le matin que le soir. Vous aurez donc la possibilité de partir pour plusieurs jours, quelques jours seulement, ou même de faire l’aller-retour dans la journée. Grâce aux autocaristes opérant cette liaison, notamment OUIBUS et FlixBus, vos vacances commenceront dès l’embarquement dans l’autocar !

Lorient et son festival interceltique

Lorient et son festival interceltique

La ville de Lorient est avant tout connue pour son festival annuel de musiques celtiques. Né en 1971 à partir d’une compétition de bagadou, c’est-à-dire d’orchestres de musique bretonne, le festival interceltique de Lorient, ou FIL, présente aujourd’hui aussi bien de la musique que de la danse bretonne, mais propose également des défilés en costumes traditionnels, notamment avec la « Grande parade des nations celtes », des activités culturelles, comme des initiations à la langue, ou encore des dégustations de produits du terroir. Cette année, le festival aura lieu du 3 au 12 août et accueillera entre autres Yann Tiersen, Denez Prigent et l’Orchestre symphonique de Bretagne.

Parmi les spécialités régionales, la première qui vient à l’esprit de tous les gourmands est la crêpe, ou sa version salée, que l’on appelle galette. Mais la Bretagne, et plus particulièrement le Morbihan, en offre bien davantage, et Lorient, pendant le FIL, vous donnera l’occasion de goûter à tout. Le « far pod » est une pâte de blé noir cuite à la marmite dans un sac de toile, avant d’être tranchée et dégustée avec du lard, ou émiettée et servie comme de la semoule. L’andouille de Guéméné est elle aussi emblématique du sud de la Bretagne, avec sa peau noire, et largement appréciée en apéritif ou en entrée avec une tranche de pain au beurre salé. Bien sûr, un verre de chouchen, appellation locale de l’hydromel, ou de cidre accompagnera parfaitement votre repas. Au dessert, ce que l’on appelle le far aux pruneaux est une sorte de flan ; quant au beurre salé, il servira d’ingrédient principal au « kouing-amann », un délicieux bien que copieux gâteau feuilleté et caramélisé. Mais la spécialité culinaire de Lorient reste le gâteau breton, dont le nom est aussi simple que sa recette : il s’agit d’une pâte sablée nature ou fourrée de confiture de pruneaux, que les marins emportent traditionnellement avec eux lors de leurs longs voyages en mer.

La ville de Lorient, du fait de sa situation portuaire, est particulièrement ouverte sur le monde, et ses monuments et musées entretiennent également des liens forts avec l’océan. La citadelle de Port-Louis, qui ferme l’accès de la rade de Lorient depuis le XVIe siècle, impressionne par son allure austère et hautement défensive. Le bâtiment héberge aujourd’hui le musée de la Compagnie des Indes, qui en retrace l’histoire à travers les arts. Le musée national de la Marine est lui aussi abrité dans la citadelle et s’intéresse à la fois au quotidien des marins et à leurs épopées sur les routes maritimes orientales. La tour de la découverte, quant à elle, servit au XVIIIe siècle à surveiller l’entrée des bateaux dans la rade et ainsi à prévenir les actions de contrebande. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la ville fut également un lieu stratégique, dont les traces subsistent encore aujourd’hui : la base de sous-marins de Keroman, construite par les Allemands, permet de découvrir la vie dans les bunkers, mais aussi dans les sous-marins. Un musée immergé unique offre par ailleurs la possibilité d’explorer des épaves englouties depuis le XIXe siècle. Dans un espace qui lui est consacré, vous pourrez aussi vous balader dans un sous-marin français, le Flore. Si vous préférez voguez à l’air libre, empruntez le dernier thonier-dundée de l’océan Atlantique, le Biche, qui mouille également dans le port de Lorient. Enfin, la Cité de la voile Eric Tabarly vous propose une plongée dans le monde de la voile moderne et de la course au large. Là encore, vous aurez l’occasion de sortir en mer, en voilier, pour vivre une expérience inoubliable.

Vannes et ses remparts séculaires

Vannes et ses remparts séculaires

Bien qu’également située près la mer, au nord du Golfe du Morbihan, la ville de Vannes est moins connue pour son pied marin que pour ses remparts. Remontant au IIIe siècle et bâties par les Romains, les fortifications furent élargies au Moyen-Âge, avec le développement de la ville, et complétées par des bastions au moment des Guerres de religion du XVIe siècle. Inscrits aux monuments historiques depuis 1958, les remparts de Vannes font partie des rares édifices de la sorte existant encore en France. Au cours d’une balade, vous en découvrirez les vestiges les plus impressionnants, à l’instar du Château de l’Hermine, en lieu et place de l’ancienne forteresse médiévale. Dans le jardin à la française de ce qui est aujourd’hui un hôtel particulier, vous profiterez d’un moment de détente en déambulant le long des bosquets ou au son du clapotis de la Marle, la rivière qui traverse Vannes. Un peu plus loin, la Tour du Connétable semble veiller sur la ville, comme autrefois, tant elle est bien conservée. Elle est en réalité aujourd’hui un lieu d’exposition. Le nom d’autres constructions remarquables des remparts, dont la Tour du Bourreau, la porte Prison, la Tour Poudrière ou la Tour Trompette rappellent parfaitement ses fonctions militaires et défensives. Au contraire, la porte Saint-Vincent, qui marque l’entrée principale de la vieille ville de Vannes, vous surprendra par son style baroque.

Ville d’Art et d’Histoire, récompensée au concours des villes et villages fleuris et décorée de deux étoiles par le guide Vert Michelin, Vannes offre encore davantage d’intérêt à l’intérieur de ses remparts. De nombreuses maisons à colombages très colorées égayent en effet les rues et places du centre historique. La cathédrale Saint-Pierre de Vannes, quant à elle, impose son style gothique, auquel se mêlent cependant des éléments romans, conservés au cours de sept siècles d’une perpétuelle évolution de l’édifice. L’hôtel de ville et la préfecture du Morbihan sont deux superbes exemples d’architecture de style Renaissance, bien que construits au XIXe siècle. Dans le port de plaisance, enfin, mouillent deux monuments de l’histoire maritime de la ville : le Corbeau des mers et Les trois frères, deux voiliers de pêche construits respectivement de 1931 et 1943.

Pour approfondir vos connaissances sur la ville, deux musées sont incontournables. L’ancien hôtel du Parlement de Bretagne, également appelé Château-Gaillard, un hôtel particulier du XVe siècle, qui abrite aujourd’hui le le musée d’histoire et d’archéologie de la ville. De très nombreux objets préhistoriques y sont exposés, mis au jour notamment sur les sites mégalitiques de Carnac et de la presqu’île de Rhuys, voisins de Vannes. Le musée des beaux-arts ou musée de la Cohue se consacre pour sa part, dans ses expositions permanentes, à la peinture, à la sculpture, à l’orfèvrerie et aux arts décoratifs, tandis que les expositions temporaires mettent en valeur des artistes contemporains.

Enfin, Vannes fait partie des villes bretonnes les plus engagées dans la défense de la culture régionale, en particulier avec l’organisation annuelle des Fêtes d’Arvor. Depuis 1928, la ville s’anime autour du 15 août, grâce à de nombreux spectacles, expositions, concerts, fest-noz, des bals de danse traditionnelle bretonne, et défilés en costumes locaux. Le point culminant de la fête reste le grand feu d’artifice tirés sur le remparts. Pour leur 90e anniversaire cette année, la fête sera sans doute encore plus grandiose ; ne la manquez surtout pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *