La ligne d’autocar du mois : Trésors du Nord dans les Hauts-de-France !

La ligne d'autocar du mois : Trésors du Nord dans les Hauts-de-France !Enrico Macias, en 1967, chantait que « les gens du Nord ont dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas dehors ». Mais c’est bien mal connaître les Hauts-de-France, nés de la fusion des anciennes régions du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie… En effet, le printemps et l’été sont en réalité les saisons idéales pour visiter le Nord de la France. La région offre un visage varié, marqué tout aussi bien par sa ruralité forte et son terroir local que par ses grandes villes et son ouverture sur l’Europe. Troisième région de l’Hexagone, les Hauts-de-France proposent une synthèse parfaite entre la mise en valeur de ses traditions historiques, artistiques et culturelles, et un dynamisme moderne et tourné vers l’avenir.

Autocar Amiens ↔ Lille : Tickets à partir de 4,99 euros

Amiens – Lille : Trésors du Nord dans les Hauts-de-France !

Au cours de votre trajet en autocar entre Amiens et Lille, vous traverserez divers paysages du Nord de la France, emprunts d’influences parisiennes, normandes, champenoises et même belges. Peu importe la direction de votre voyage, des liaisons sont proposées chaque jour et tout au long de la journée. La desserte ne durant que deux heures environ, il vous sera aisé de partir pour un court séjour, voire même pour une escapade d’une journée grâce à cette ligne. De nombreux autocaristes, comme OUIBUS, FlixBus, et isilines proposent des billets à petits prix.

Amiens : La petite Venise du Nord

Amiens : La petite Venise du Nord

Située dans la Somme, du nom de la rivière qui la traverse, Amiens est surnommée de petite Venise du Nord. La ville s’est en effet développée en bordure de la rivière, notamment avec les quartiers pittoresques de Saint-Leu et Saint-Maurice. Jusqu’au XIXe siècle, c’est là que se trouvaient les ateliers et manufactures textiles, comme des teintureries ou des tanneries. C’est ici également que la sayetterie, art de la draperie typique du Nord de la France, connut ses heures de gloire. De cette époque sont encore visibles des moulins à eau sur les canaux, et les maisons traditionnelles à colombages, en bardage ou faites de simple torchis. Celles que l’on appelle les amiénoises datent de la révolution industrielle et sont en briques rouges. Deux édifices religieux marquent également l’identité de ces quartiers : l’église Saint-Leu, de style gothique flamboyant et la plus ancienne d’Amiens, et l’église néo-classique de Saint-Maurice.

La Somme a toujours eu une importance majeure pour le développement de l’agriculture à Amiens, avec la présence d’hortillonnages. Sortes de jardins flottants aménagés sur d’anciens marécages pour permettre la culture maraîchère, ils servent aujourd’hui surtout de jardins et parcs, et sont accessibles pour une balade à pied, en calèche ou en barque, pour un moment de détente et de calme. Leurs noms invitent également à la flânerie, comme l’ « île aux fagots » ou le « rieu du pont cassé » . De nombreux autres parcs marquent l’importance de la nature pour les Amiénois, comme le parc Saint-Pierre, poumon vert en bord de Somme, le jardin des plantes à la française, le bois Bonvallet, à l’aspect sauvage, ou encore le jardin archéologique de Saint-Acheul.

Amiens est également célèbre pour être la ville de France comptant le plus d’inscriptions au patrimoine mondial de l’UNESCO. Parmi les joyaux de la ville compte notamment la cathédrale Notre-Dame, la plus vaste de France et archétype du style gothique. Le beffroi d’Amiens fait également partie des monuments emblématiques de la ville. Avec son architecture originale, il ne passe pas inaperçu dans le paysage du centre-ville. Le cirque Jules Verne, quant à lui, est inscrit aux monuments historiques, et symbolise la modernité artistique et technique de la ville au XIXe siècle. Enfin, la tour Perret, gratte-ciel de béton armé et de verre, marque la modernité, voire le futurisme de la ville. De nombreux musées vous permettront d’en apprendre encore davantage sur la capitale picarde, à l’instar du musée de Picardie, surnommé le petit Louvre de province, qui expose tout à la fois des pièces archéologiques, médiévales, contemporaines, mais dispose aussi d’un département des beaux-arts, et de la maison de Jules Verne, illustre écrivain qui fut aussi conseiller municipal d’Amiens. Enfin, la maison de la culture d’Amiens et le fonds régional d’art contemporain abritent des collections de rang international.

Enfin, pour que votre découverte d’Amiens soit complète, il vous faudra essayer l’une des nombreuses spécialités gastronomiques de la région. Les amateurs de plats salés pourront choisir entre une soupe des hortillons à base de légumes locaux, une ficelle picarde, sorte de crêpe au jambon et aux champignons, ou une flamiche à porions, ou tourte aux poireaux, à la crème fraîche et au vin blanc. Les becs sucrés trouveront leur bonheur avec les macarons au miel et à la pâte d’amandes, les tuiles au chocolat et aux éclats d’amandes, une part de brioche locale, appelée gâteau battu, ou encore une rabotte picarde, soit une pomme emballée et cuite dans de la pâte feuilletée.

Lille : La capitale des Flandres

Lille : La capitale des Flandres

Lille n’est pas seulement la capitale de la région Nord-Pas-de Calais-Picardie, mais on l’appelle aussi la Capitales des Flandres. Rien d’étonnant à cela car son histoire et sa culture sont un modèle européen ! L’hôtel de ville et son beffroi sont d’un style régionaliste néo-flamand et font à la fois partie des monuments historiques et du patrimoine mondial de l’UNESCO. La Grand’Place sur laquelle l’édifice se trouve, mais qui abrite aussi la colonne de la Déesse, le théâtre du Nord, les locaux historiques du journal La voix du Nord ou encore la plus grande librairie d’Europe qu’est Le furet du Nord est une zone piétonnière et marchande particulièrement dynamique. Elle sert aussi à de nombreuses manifestations culturelles. Le palais Rihour et l’église Saint-Maurice arborent quant à eux une architecture gothique, tandis que la vieille bourse et la maison de Gilles de la Boë sont des joyaux du maniérisme qui rappellent en même temps la Renaissance et l’art baroque. La citadelle et l’église Saint-Etienne illustrent, pour leur part, parfaitement le classicisme.

L’hospice Comtesse, qui remonte au Moyen-Âge roman, est passionnant à plusieurs égards ; son architecture et l’histoire du bâtiment vous plongeront dans la tradition des maisons de santé typiquement flamandes, également avec une balade dans son jardin médicinal. Par ailleurs, ce lieu héberge aujourd’hui un musée dédié à la vie quotidienne et culturelle de Lille aux XVIIe et XVIIIe siècles. Outre des pièces aménagées et décorées comme elles le furent dans le passé, vous pourrez découvrir des peintres régionaux exposés dans l’ancienne salle des malades. Au palais des Beaux-Arts, vous pourrez vous perdre dans les innombrables collections de peinture, sculpture, arts décoratifs ou encore numismatique, et au museum d’histoire naturelle, vous aurez l’embarras du choix entre les salles consacrées à la zoologie, l’ethnographie, et la géologie. Enfin, les passionnés d’histoire ne manqueront pas une visite au musée des canonniers pour y découvrir la vie militaire de Lille et certains grands sièges que la ville connut. Enfin, et bien entendu, un détour s’imposera par la maison natale de Charles de Gaulle, transformée en musée exposant à la fois des objets personnels de la vie du Général, mais aussi de son parcours d’officier et d’homme politique.

Côté cuisine, Lille s’inspire à la fois des traditions culinaires du Nord de la France, mais puise aussi son inspiration chez ses voisins européens. La carbonnade flamande, sorte de ragoût de bœuf à la bière, se déguste généralement avec du pain d’épices ; le welsh, que l’on peut comparer à un croque-monsieur gallois, se mange dans un caquelon rempli de cheddar fondu et passé au four avant d’être surmonté d’un œuf au plat ; quant aux moules-frites, elles sont incontournables, notamment lors de la Braderie de Lille chaque automne. Pour les amateurs de sucreries, la babelutte, petit bonbon à base de caramel, de cassonade et de miel, vous fera saliver. Et si vous souhaitez prolonger votre expérience avec Charles de Gaulle, goûtez une gaufre fourrée à la vanille : c’était son péché mignon qu’il faisait même livrer au palais de l’Élysée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *