Marcel Proust en autocar : Du côté de chez Swann, mais pas seulement !

Marcel Proust en autocar : Du côté de chez Swann, mais pas seulement !Marcel Proust fait sans aucun doute partie des auteurs français les plus célèbres et reconnus, non seulement dans son pays mais aussi dans le monde entier. Depuis que l’ensemble de son œuvre est tombé dans le domaine public en 1987, ce sont encore plus de lecteurs qui peuvent découvrir son talent et sa manière si particulière d’écrire et de décrire. Pour fêter les 30 ans de Marcel Proust dans le domaine public, en cette année 2017, CheckMyBus vous propose de découvrir grâce à l’autocar les lieux marquants de sa vie et de son œuvre. Les petits prix des billets vous laisseront par ailleurs assez de budget pour acheter ses romans et autres ouvrages, que vous pourrez lire confortablement pendant vos trajets !

Des racines dans l’Est de la France

MetzMême si Marcel Proust, en 1871, de même que ses parents, sont nés à Paris, les origines maternelles de sa famille sont à chercher en Lorraine, plus précisément du côté de Metz. En effet, ses grands-parents juifs s’y étaient réfugiés en quittant l’Allemagne, avant de rejoindre la capitale. Bien qu’il n’ait pas souvent eu l’occasion d’y passer du temps, l’Est de la France est plusieurs fois présent dans l’œuvre de Proust. Tout d’abord dans son roman de jeunesse inachevé, Jean Santeuil, où il évoque plusieurs séjours qu’il fit à Réveillon, dans la Marne, près de Châlons-en-Champagne. Bien sûr, la fameuse madeleine est aussi une référence à l’Est de la France. Elle est en effet la spécialité de la ville de Commercy, dans la Meuse, tout près de Nancy.

➠ Autocar pour Metz
➠ Autocar pour Châlons-en-Champagne
➠ Autocar pour Nancy

Sa propre vie comme source d’inspiration

ChartresC’est du côté de sa famille paternelle que Marcel Proust puisera cependant la plus grande partie de ses souvenirs d’enfance, pour rédiger ses œuvres. Son père, originaire d’Illiers, à quelques kilomètres de Chartres, l’y enverra souvent passer ses vacances de Pâques et d’été. La tante Léonie que l’on retrouve dans la première partie de Du côté de chez Swann, est directement inspirée de la tante de l’auteur, Elisabeth. La maison qu’elle habitait est aujourd’hui transformé en musée Marcel Proust, mais garde le doux surnom de Maison de Tante Léonie. La commune d’Illiers elle-même a rendu hommage à l’écrivain en 1971, en devenant Illiers-Combray, ajoutant ainsi le nom d’emprunt que l’auteur lui donne son roman.

Plus tard, Marcel Proust s’éprendra de la Normandie, en particulier de la ville de Cabourg et de son Grand Hôtel. Rebaptisé Grand Hôtel de la plage dans la ville fictive de Balbec, cet établissement de luxe est synonyme pour l’écrivain d’ « air pur, azuré et salin », comme il l’écrit dans À la recherche du temps perdu. C’est en effet ici que Marcel Proust se rendait régulièrement pour soigner l’asthme dont il souffrait depuis son enfance. Aujourd’hui, l’allée qui longe la salle à manger face à la plage porte par ailleurs de nom de l’auteur. Dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs également, l’église de Balbec est évoquée, ainsi qu’Albertine Simonet, que le narrateur rencontre pour la première fois dans la station balnéaire.

➠ Autocar pour Chartres
➠ Autocar pour Cabourg

Proust et Ruskin : l’amour de l’art et du voyage

AmiensIssue d’une famille cultivée et aisée, Marcel Proust a très tôt accès à une éducation artistique, littéraire et philosophique de qualité et fréquente les salons parisiens dès son plus jeune âge. C’est cependant pour un artiste britannique qu’il se passionne, John Ruskin. Avide de découvrir le personnage, non seulement par ses œuvres, mais aussi par son parcours, Marcel Proust entreprend au début du siècle de nombreux voyages sur les traces de l’Anglais. Il visite notamment la Picardie avant de traduire La Bible d’Amiens de Ruskin, ouvrage consacré à la naissance et au développement du christianisme en Europe. En Italie, à Venise et à Padoue, c’est Ruskin critique d’art que Marcel Proust étudiera. Il lui consacrera de nombreux articles dans La Gazette des Beaux Arts dès son retour en France. Enfin, Marcel Proust ne manquera pas de visiter Londres, où est né celui qu’on surnomma le « prophète de Proust », tant son influence fut décisive dans la carrière de l’écrivain français.

➠ Autocar pour Amiens
➠ Autocar pour Venise
➠ Autocar pour Padoue
➠ Autocar pour Londres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *