Un premier bilan sur les effets de la libéralisation

Un premier bilan sur les effets de la libéralisation Le 21 septembre 2015, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, s’est rendu en Ardèche afin de visiter les usines du dernier fabricateur français d’autocars IVECO. Lors de cette occasion, il a présenté un premier bilan sur la libéralisation du marché de l’autocar, marché effectivement ouvert depuis le 10 août 2015 suite à la promulgation de la Loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (Loi Macron). Selon les chiffres-clés relevés par le ministère de l’Economie, le marché de l’autocar a déjà largement profité de la libéralisation.

Plus précisément, on peut désormais rejoindre 75 villes françaises grâce à presque 800 départs et arrivées chaque jour en bus longue distance dans l’Hexagone. Parmi eux, 175 trajets quotidiens d’autocars se font vers ou depuis l’étranger. En plus, 700 emplois directement liés aux autocars ont été créés le mois dernier. Au total, l’autocar a connu un immense succès en France avec 250 000 passagers transportés au mois d’août, comparé à 110 000 pour toute l’année 2014. Le réseau d’autocar s’étend déjà largement sur le territoire français et on y trouve par exemple des bus qui circulent entre Paris et Toulouse, des autocars depuis Lyon ou des trajets vers Bordeaux. Tout en même temps, d’autres villes comme Tours, Rennes ou Aix-en-Provence font également partie des liaisons de bus longue distance en France.

Bien évidemment, on ne peut pas encore nommer un leader parmi les différents transporteurs par bus présents sur le marché français. En ce moment, on y trouve des joueurs plutôt expérimentés comme Eurolines France ou Starshipper à côté des jeunes entreprises comme OUIBUS et isilines. Sans oublier les autocaristes étrangers FlixBus (Allemagne) et megabus (Royaume-Uni). Alors que le but de tous est d’attirer le plus de clients possibles – on vise surtout les étudiants, les grandes familles, les vacanciers spontanés ainsi que les retraités – les stratégies suivies sont différents de l’un à l’autre : isilines mise avant tout sur le renforcement de son réseau d’autocar depuis et vers des villes de province, OUIBUS compte employer les principes du low-cost des compagnies aériennes et FlixBus s’associe à des partenaires autocaristes régionaux pour opérer ses liaisons en France.

Les mois à venir seront particulièrement intéressants pour le développement des autocars en France : Ainsi, des nombreuses nouvelles lignes à travers la France seront inaugurées, accompagnées des offres d’ouverture et des promos spéciales proposés par les entreprises de bus. En outre, elles devront fortement investir, soit dans des nouveaux cars soit dans des bases opérationnelles en France comme l’avait fait megabus en juin 2015.

Globalement, un effet favorable sur l’économie française est prévu : Le ministre s’attend à l’ouverture de 200 nouvelles lignes d’autocar et la création de 2000 à 3000 nouveaux emplois d’ici la fin 2016. Ce seront surtout des conducteurs de bus qui sont recherchés par les autocaristes. Toutefois, ce n’est pas que l’économie qui en profite mais les particuliers bénéficient également de la nouvelle alternative de voyage longue distance grâce à son niveau de confort élevé à un prix avantageux

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.